Des gorges de l’Allier aux monts de la Margeride, ce site naturel d’exception s’enroule autour de la rivière Allier : plateaux basaltiques et granitiques, gorges encaissées, vastes forêts et plaines fertiles…

Rafting, kayak, canoë, stand up paddle, canyoning, baignades en rivière, plan d’eau biologique, téléski nautique, pêche, randonnée pédestre, équitation, ânes de bât, vélo, VTT, escalade, course d’orientation, parcours acrobatique…

Les Gorges l’Allier : Pépite des médias

« Dans la Maison du Roi », Terre Sauvage

Nous parlons bien du « roi des poissons » : le saumon atlantique.

Et, au sein de l’espèce, le Saumon de la souche Loire-Allier, la plus ancestrale d’Europe, est un titan parmi les rois : il est le seul capable de remonter près de 900 kilomètres de cours d’eau pour se reproduire.

Son cycle de vie tient de l’Odyssée : né dans le Haut-Allier, le jeune saumon entame sa dévalaison en direction de l’estuaire de la Loire après une ou deux années à grossir en rivière. Son périple le conduit jusqu’au Groenland ou en mer de Norvège, où il se gave de poissons et de krill pendant deux à trois ans, jusqu’à dépasser le mètre et peser six à sept kilos.

Il retourne alors dans la Loire et dans l’Allier pour se reproduire à l’endroit de sa naissance, jeûnant totalement durant l’année de la montaison. Après la ponte, d’épuisement, le roi s’éteint.

Extrait de l’article « Dans la maison du roi », de Jean-Baptiste Pouchain et Stéphane Granzotto, dans Terre Sauvage, n°363, avril 2019.

« Il faut sauver le Géant de l’Allier », Hors-série Géo

Au pied des montagnes d’Auvergne, la plus grande salmoniculture d’Europe mène une bataille de longue haleine pour sauver le saumon atlantique. […]

Alors que le saumon atlantique abondait il y a encore un siècle dans de nombreuses rivières, il ne fréquente plus aujourd’hui qu’un petit nombre de cours d’eau ».

Situé à Chanteuges, le Conservatoire National du Saumon Sauvage le bichonne pour assurer sa reproduction et relâche 800 000 alevins dans le bassin de la Loire, dont la moitié dans l’Allier.

Ce sont ces réintroductions qui ont permis d’enrayer le déclin de l’espèce ». Pour comprendre les enjeux de cette sauvegarde, rien de mieux que d’aller visiter cette salmoniculture.

Extrait de l’article « Il faut sauver le Géant de l’Allier », de Guillaume Pajot dans le Hors-série Géo, juillet 2019./div>