Immersion en terres sauvages avec le brame du cerf, dans les Gorges de l’Allier

Puissant, résonnant, rauque le brame du cerf annonce dès le début de l’automne la parade nuptiale chez les cervidés. Et en tant qu’altiligérienne, c’est un rituel chaque année de partir en famille écouter le brame dans les Gorges de l’Allier.

@Gérard Gardès

Les enfants tout juste sortis de l’école, on fonce direction le petit village d’Alleyras, un pique-nique du marché dans le coffre. La route en lacets bordée de feuillus aux tons rouges-ocres est magnifique. Arrivés dans le village, on prend un petit sentier pour arriver sur notre spot d’observation. Quelques personnes sont déjà aux aguets, jumelles en main. Le crépuscule pointe son nez et on commence à apercevoir dans une clairière u attroupement de biches. On est tout impressionnés par leur grâce et leur agilité. On ressent la fragilité du moment. Un bruit de trop et elles prennent la fuite.

@Jérémie Mazet

La nuit tombe, les yeux s’habituent à l’obscurité et les oreilles s’affutent. On attend que le seigneur des bois entre en scène. Soudain, un cri rauque retentit et vient interrompre le silence de la nuit. Les cris se répètent et s’approchent. Je sens la petite main de ma fille se serrer dans la mienne. Et moi aussi je sens mon cœur battre la chamade, c’est comme s’il était vraiment tout proche. Nos yeux ont beau le chercher, on n’entend que le râle de l’animal toujours dans la forêt. Peut-être a-t-il senti notre présence et reste sur ses gardes ?

Il fait quasiment nuit noire, on ne verra pas le roi des forêts ce soir. On est déjà bien comblés, et à pas ouatés, nous reprenons le chemin du retour. Fenêtres de la voiture grandes ouvertes, on reste encore à l’écoute ! Ce soir, c’est certain, les Gorges de l’Allier ont vibré au son du brame !

On reviendra… En plus, il y a plein de façons d’observer et d’écouter le brame :

A l’observatoire d’Arlet qui s’avance sur la vallée de la Cronce. Un sport idéal et libre d’accès pour observer avec des jumelles l’animal à la tête garnies de bois ramifiés.

En petit groupe, on peut opter pour un guide qui a pris soin auparavant de repérer les passages des cerfs et ainsi nous amener sur un spot où on est sûr de l’observer. Habillés bien chaudement, on est tout ouïe pour écouter notre naturaliste raconter le biotope et le rythme de vie des cervidés.

>> Rendez-vous sur guidenaturerandonnee.com

Pour les naturalistes en herbe, Rémi apprend à repérer les traces des cerfs et autres mammifères des bois : crânes, restes de repas, empreintes sont des indices qui n’ont plus de secret pour lui. Plus d’information auprès de le Maison des oiseaux et de la nature.

Brame du cerf mais aussi aigles, busards cendrés, marmottes, c’est tout un monde sauvage que passionnés et scientifiques nous font apprivoiser au gré des sorties du Petit guide malicieux des sorties nature de Haute-Loire.