GR®65, Saint-Jacques de Compostelle, itinéraires culturels européens,Le Puy-en-Velay, Pays du Velay, Haute-Loire, Auvergne
Chapelle de Montbonnet, GR®65, Saint-Jacques de Compostelle, itinéraires culturels européens, Pays du Velay, Haute-Loire, Auvergne

Saint-Jacques de Compostelle

Le Moyen-Age a connu trois pèlerinages majeurs : Jérusalem, Rome et Saint-Jacques de Compostelle.

Après son apogée au XIIe siècle, puis une longue éclipse (au XIXe siècle, on rencontre seulement quarante jacquets par an à Compostelle), le pèlerinage a retrouvé une nouvelle vigueur depuis une trentaine d’années et c’est par dizaines de milliers que des pèlerins rejoignent aujourd’hui à pied le tombeau présumé de l’apôtre.

Beaucoup partent du Puy-en-Velay, un des points historiques de rassemblement avec Vézelay, Arles et Saint-Martin-de-Tours.
Par Conques et Moissac, 1 600 kilomètres séparent le Puy-en-Velay de la Galice.
De tous les itinéraires possibles, celui du Puy-en-Velay (ouvert dès l’an 951 par l’évêque Gothescalk) est le plus fréquenté.
Il le doit à sa légitimité historique mais aussi à la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

La via podiensis (la voie du Puy) fut en effet la première à être balisée et décrite dans un topo-guide sous le nom de GR®65®, en 1972.

Consultez les informations sur Saint-Jacques de Compostelle

 

Musique et danses traditionnelles

L’Auvergne est connue pour une danse emblématique : La Bourrée.

Mais la culture musicale populaire, toujours vivante en Haute-Loire, a bien d’autres facettes :
A ses instruments de prédilection (violon, vielle à roue, cornemuse, accordéon diatonique… et voix), s’ajoutent aujourd’hui des musiciens venus d’autres univers musicaux, mais tout autant passionnés.

Le Centre Départemental de Musiques et Danses Traditionnelles est l’élément moteur et coordonnateur de nombreuses manifestations tout au long de l’année (bals, concerts, stages, festivals) où danseurs, chanteurs et musiciens, confirmés comme débutants sont les bienvenus pour une musique conviviale.

 

Personnages illustres du Velay

Jules Vallès

Jules Vallès est né au Puy- en-Velay le 11 juin 1832. Sa vie est une révolte permanente contre l’injustice.
En 1848, à seize ans, il participe à sa première manifestation à Nantes.
Trois ans plus tard, il est sur les barricades à Paris en réaction au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte.
En 1853, il fait son premier séjour en prison. D’abord journaliste au Figaro, puis au Progrès de Lyon, au Globe, à l’Auvergnat de Paris, il crée plusieurs titres : La Rue, Le Peuple, Le Cri du Peuple. La censure le conduit devant les tribunaux et à plusieurs reprises derrière les barreaux.
Opposant déterminé du Second Empire, il est membre de la Commune de Paris, en mars 1871. Au moment de son écrasement, lors de « la semaine sanglante », il se bat sur les barricades et réussi à gagner l’Angleterre.
En 1872, un tribunal militaire le condamne à mort par contumace. Il connaît neuf années d’exil très éprouvantes. Durant cette période, il écrit L’Enfant, Le Bachelier et L’Insurgé. Cette œuvre passera à la postérité, lue et traduite dans de nombreux pays.
De retour en France, après l’amnistie, il relance son journal Le Cri du Peuple. Il revient au Puy-en- Velay où il souhaite s’installer quatre mois par an.
Mais le diabète le ronge et il s’éteint le 14 février 1885 à Paris. Sa dépouille est conduite au cimetière du Père-Lachaise.
Ses funérailles sont suivies par près de 100 000 personnes.

Jules Romains

Louis Henri Farigoule véritable nom de Jules Romains naît à La Chapuze (Saint-Julien-Chapteuil) le 26 août 1885.

Durant toute son enfance, Louis revient régulièrement dans le Velay pour les vacances, dans la ferme de ses grands-parents qu’il célèbre déjà dans «  Les Odes « .

Agrégé de philosophie en 1909, il enseigne jusqu’en 1919 avant de se consacrer à la littérature. Jules Romains est élu à l’Académie française en 1946. A l’origine du concept d’unanimisme, il reste l’auteur de la gigantesque fresque Les Hommes de bonne volonté (27 tomes, parus de 1932 à 1946) et de la pièce de théâtre Knock. Il s’inspire de l’histoire vraie du hameau de Monedeyres (Queyrières) pour écrire Cromedeyres le Vieil. Il meurt le 14 août 1972.

Emile Reynaud

Dessinateur et inventeur originaire du Puy, Emile Reynaud (1844-1918) met au point le praxinoscope à partir de 1876. Cet appareil optique permet de créer l’illusion du mouvement. La première présentation au public a lieu en 1877 à l’Hôtel de Ville du Puy-en-Velay.

Le 28 octobre 1892, Emile Reynaud projette les premiers dessins animés devant le public émerveillé du musée Grévin, à Paris.
Trois ans avant les frères Lumière, il est considéré comme le précurseur du cinéma. Ses inventions, bijoux de mécanique, sont visibles au musée Crozatier et son théâtre d’optique est toujours en place au musée Grévin.

Germaine Tillion

Née à Allègre en 1907, ethnologue dans le Sud algérien dans les années 30, elle cherche à comprendre mais aussi à aider ceux qui l’entourent. Rentrée en France au moment de la débâcle, elle s’engage dans la résistance ; s’ensuivent arrestation, prison, camp de concentration où elle cherchera encore à s’informer et à soulager la détresse de ses camarades. Au retour des camps, elle devient historienne de la déportation et de la résistance.
En 1954 éclate la guerre d’Algérie : elle luttera contre la misère et le terrorisme, la torture et les exécutions. Plus tard, elle étudiera l’asservissement des femmes…